Navigation - PUBLICA

Navigation par voix et taille de police

Recherche

Navigation principale

Exercice des droits d’actionnaire

PUBLICA assume la responsabilité qui lui incombe au titre de propriétaire à deux niveaux différents:

  • Exercice des droits de vote: depuis 2006, PUBLICA exerce activement ses droits de vote pour toutes les entreprises suisses. Pour les sociétés domiciliées à l’étranger, PUBLICA se concentre sur quelque 200 entreprises dont l’activité commerciale est potentiellement en contradiction avec la base normative. C’est la SVVK-ASIR qui met cette liste de 200 entreprises, réactualisée périodiquement, à la disposition de ses membres. Le vote de PUBLICA est guidé par les intérêts à long terme des personnes assurées et bénéficiaires de rentes. L’important est que la valeur entrepreneuriale de la société concernée soit maximisée à long terme. Elaborées par PUBLICA et son conseiller suisse en vote, les lignes directrices de vote servent de référence déterminance pour l’exercice des droits de vote en Suisse comme à l’étranger. PUBLICA fait connaître son vote.
  • Engagement: le conseiller en droits de vote de PUBLICA pour les actions suisses est également mandaté pour conduire le dialogue avec les entreprises suisses les plus grandes. Il thématise les aspects ESG avec les entreprises concernées dans le cadre de ce dialogue s’ils revêtent une importance économique et après consultation de PUBLICA. De manière coordonnée et complémentaire, PUBLICA recherche le dialogue avec toutes les entreprises en Suisse et à l’étranger qui, dans le cadre de l’analyse, ont été identifiées comme des «placements problématiques». A cette fin, un screening basé sur le comportement est réalisé chaque semestre afin de repérer toute violation grave et systématique de la législation suisse ou des conventions internationales en vigueur ratifiées par la Suisse (cf. base normative) par des entreprises dont PUBLICA détient des actions ou des emprunts. Le dialogue vise à infléchir le comportement jugé critique de l’entreprise concernée. Le processus de dialogue intervient à huis clos et s’étend sur une période allant d’un à trois ans. La cession des placements n’est envisagée qu’en dernier recours si, après des tentatives de dialogue réitérées, il n’y a aucune perspective d’évolution favorable du comportement de l’entreprise ou que cette dernière n’est pas en mesure, du fait de son cœur de métier, de renoncer aux activités controversées.

 

Remarque importante!

Les simulations tiennent compte des taux de conversion, de rachat et d’épargne en vigueur à compter du 1er janvier 2019. Le montant indiqué pour les rentes est généralement trop faible car il ne tient pas compte d’éventuelles mesures individuelles: garantie nominale des acquis, revalorisation des rentes à compter de 60 ans, apport crédité sur le capital de prévoyance – part non acquise en raison de la restriction à 1/36e par mois. Vous obtiendrez des chiffres exacts auprès de votre conseiller ou conseillère à la clientèle. Ses coordonnées figurent sur votre certificat de prévoyance.